Carnet

Hervé Lenoir
Vue 92 fois
03 juillet 2022
Hervé LENOIR (Audit, 1972)

Décès - Disparition d'Hervé LENOIR, un des pionniers d'Arthur Andersen en France

" J’ai la grande tristesse de vous annoncer le décès d’Hervé LENOIR suite à une bien longue maladie.

Il s’est éteint à 75 ans, dans son sommeil, à l’aube du 30 juin.

Ses enfants, Géraldine, Cédric, Erwan et Kevin ainsi que leurs conjoints et ses sept petits-enfants se joignent à moi dans cette annonce douloureuse.

Nous recevrons vos pensées lors de la cérémonie qui aura lieu en l’Eglise Notre-Dame d’Emeraude de Dinard, ce lundi 4 juillet à 14h30 (6 place du Général de Gaulle 35800 Dinard).

Hervé Lenoir entouré de sa famille

 

Faire avancer la science autour du cancer lui tenait particulièrement à cœur et c'est pourquoi, plutôt que des fleurs, il nous invite à faire un don à l'institut Curie qui l'a suivi. Voici le lien si vous le souhaitez : https://macollecte.curie.fr/projects/en-memoire-d-herve-fr

Hervé était de la « bande » des années 70 (les hochiens !) chez Arthur Andersen, à laquelle appartenaient également René Proglio ou encore Christian Chochon.
Même s’il a quitté Arthur au début des années 80, il en était une figure et un des premiers à aller en Afrique !

En plus d’être un grand skieur, il adorait le tennis et le golf, fidèle à tous les rendez-vous golfiques et toutes les « retrouvailles » des anciens.

Comme dans son travail, il a été un mari et un père rigoureux et solide comme un roc.

Son épouse,

Catherine Lenoir

---

HOMMAGE A HERVE

Transmettez nous vos souvenirs, anecdotes et hommages, vous les publierons sur cette page et les transmettrons à Catherine (contact@arthuralumni.com)

  • René Proglio, Président de l'association : "La nouvelle de la disparition d'Hervé me touche et m'attriste. Hervé avait rejoint Arthur en 1972, et je me souviens de notre première rencontre avenue Hoche. Je revois ce sourire qui lui barrait le visage, ses yeux rieurs et son bronzage. Il revenait de mission en Nouvelle Calédonie. Il a gardé cette allure de baroudeur sympathique toute sa vie. Il ne manquait aucune de nos retrouvailles. Aujourd'hui, j'ai le moral en berne".

  • Pierre Meune : "La disparition d’Hervé m’attriste profondément. Il a été mon premier senior chez Arthur sur « Claude » un job ITT avec son incompréhensible manuel de procédures J. 10.0. J’étais à l’époque un stagiaire avec les cheveux sur les épaules. J’ai fait beaucoup de « manuf » avec Hervé dont les vannes Cameron à Béziers où l’on mettait costumes et cravates dans le coffre de la voiture pour aller se baigner à la plage entre midi et 2 h.
    Toute une époque. Hervé repose en paix là où tu es. Toutes mes sincères condoléances à sa famille et à Catherine."

  • Patrick Atzel : "Condoléances émues aux proches d'Herve la perte d'un ancien est une blessure Elle nous invite a resserrer les liens de notre réseau AA"

  • Tarek Hosni : "C’est avec tristesse que j’apprends la disparition de notre ami Hervé et toutes mes pensées vont à Catherine bien sûr. Hervé c’était Arthur, mais aussi CarnaudMetalbox où nous avons œuvré tous les 2 pendant 8 ans à ouvrir une usine à l’Est, à en fermer à l’Ouest, etc… Hervé était un « pur » Arthur : main de fer dans gant de velours, toujours aimable et bienveillant, n’hésitant pas à donner des conseils aux uns et aux autres (le fameux « Stewartship »). Nous avons tous perdu un camarade et un ami."

  • Jean-François Ladurelle : "C’est avec une grande peine que j’apprends la disparition d’Hervé, ce parfait gentleman et excellent professionnel avec lequel j’ai partagé avec bonheur plusieurs missions … jadis … Je garde intacte l’image d’une chaleureuse et courtoise égalité d’humeur associée à une compétence souriante qui le faisaient apprécier de tous. Mes très sincères pensées à son épouse et à la belle famille qu’il nous laisse."

  • Gérard Margiocchi : "Je n'ai pas croisé Hervé bien longtemps mais il me laisse une impression profonde d'ouverture aux autres, de grande empathie. Je le regrette..."

  • Gilles Entraygues : "Je  suis très triste et très ému. J’ai toujours eu une affection particulière pour Hervé. Elle remonte aux années 1973-1980, au cours desquelles, chaque fin août, je  rejoignais Hervé à Béziers en plein cagnard, chez Cameron pour la revue fiscale qui s’achevait immanquablement par un test match au ping pong Arthur Audit/Tax -Service Comptable. J’ai par la suite eu le privilege d’être son conseil. Merci de transmettre à Catherine mes affectueuses pensées." 

  • Christian Chiarasini : "Hervé fut mon premier contact avec la famille Arthur Andersen. C’était en février 1973; jeune stagiaire il me fit découvrir l’audit mais aussi et surtout la rigueur et la passion du métier; ce fut le début d’une relation professionnelle intense qui dura jusqu’à son départ pour d’autres aventures. Nos « recherches » sur les conséquences de l’inventaire physique et les cut-off des flux inter-usines(!). Sujet probablement oublié mais qui nous a passionné pendant de longues soirées. Je me souviens aussi de son indignation et de sa réaction vis-à-vis du management du client lorsqu’il s’aperçut du manque de respect d’un employé du client vis-à-vis de notre stagiaire ivoirien. Le client est roi, mais il y a des limites qu’il ne doit pas franchir : c’est ça aussi l’esprit Arthur; les valeurs sont le fondement de toute vie professionnelle. Hervé était un homme droit et il fut pour moi un exemple professionnel déterminant sans lequel je n’aurais pas été ce que j’ai été dans cette profession et je l’en remercie. Je pense à Catherine et ses enfants et leur adressent mes condoléances. Je prierai pour toi cher Hervé."

  • Maxime Petiet : "Très Chère Catherine, j’ai appris avec beaucoup d’émotion le départ d’Hervé. Il m’avait accueilli chez Arthur avec beaucoup de bienveillance et de chaleur . Toutes ces années merveilleuses de début de carrière, il a été pour moi un manager attentif, professionnel, ouvert et tourné vers l’autre, apprécié de tous.
    Les hasards de la vie nous ont fait nous rencontrer régulièrement et il a toujours gardé ses qualités humaines et son immense sourire. Merci à Hervé pour tout ce qu’il m’a apporté. Je t’embrasse très fort."

  • Didier Dreyfous-Ducas : " C'est avec une vive émotion que j'apprends cette terrible nouvelle. Et c'est la maladie qui terrasse celui qui était pour moi, un Roc, totalement indestructible... J'avais travaillé sur de nombreuses missions avec lui avec toujours beaucoup de bonheur. Car outre sa légendaire technique, c'était un être adorable, joyeux, un brin sarcastique avec qui on se marrait bien Il avait la soif de nous apprendre et comme toujours chez Arthur, l'envie que nous nous surpassions.
    Il me revient en mémoire une mission récurrente que nous faisions à Béziers chez ce constructeur de vannes de pétrole, la Société US, Cameron.
    Avec une clôture au 30 juin, nous passions la quasi totalité du mois de juillet sur place. Outre, Hervé, il y avait également Patrick Aubart, malheureusement décédé il y a quelques semaines. Je passe sur nos déplacements qui utilisaient un avion de chasse reconditionné, un Corvette, qui décollait de Meaux, montait et redescendait en piqué et qui ne pouvait prendre alternativement que soit les passagers, soit nos fameuses valises noires remplies de "working papers" qui arrivaient généralement après ou inversement.. Le rituel de cette mission, où nous logions dans un petit hôtel de Béziers ayant aux yeux d'Hervé l'immense  avantage d'avoir un tennis et une piscine, était immuable... Lever 6h... Client de 7h à midi (il fermait à l'heure du déjeuner), plage (tomate/pan bagnat/pêche) où Hervé faisait sa sieste pendant 30mn, retour client jusqu'à 18h30...
    Et là commençait le plus dure: une heure de tennis, piscine, re-sieste d'Hervé jusqu'à 21h et.... départ pour Cap d'Agde pour dîner vers 21h30.... suivi de la tournée des boîtes de nuit où Hervé avait ses habitudes...et généralement  de ma part, une tape sur son épaule vers 2h du matin car c'est lui qui avait les clés de l'unique voiture susceptible de nous ramener à l'hôtel pour une trop courte nuit... De ma part, je rentrais fin juillet crevé et notre Hervé revenait en pleine forme prêt à réattaquer une autre mission....
    C'est cette image que je garde de lui: un auditeur pas comme les autres alliant technique irréprochable et un coeur d'or."

  • Pascal Macioce : "Je n’ai pas eu l’honneur de travailler avec Hervé dans la mesure où je suis arrivé peu de temps avant son départ de la firme. Par contre, j’ai eu le plaisir de le rencontrer régulièrement dans nos évènements d’anciens et ainsi profiter de sa bonne humeur et de son bonheur de partager les bons souvenirs. Il était une des figures de proue des hochiens qui cultivent avec soin leur différence et leur côté « parrain des jeunes Arthur ». Hervé nous manquera. Une grande pensée émue pour Catherine."


Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.

Proposer une annonce